French Arms

Une enquête collective sur les ventes d'armes de la France et leur présence dans des régions où sont commises des violations des droits de l'Homme.

La France est le troisième exportateur d’armes au monde. Ce commerce, a priori prohibé, doit être accompagné de garanties quant à l’usage qui est fait du matériel militaire vendu. En d’autres termes, l'Etat a pour obligation de s’assurer que les armes fournies à des pays étrangers ne sont pas utilisées contre des civils. Un engagement inscrit dans une position commune européenne de 2008, comme dans le Traité sur le commerce des armes (TCA) dont la France est signataire. 

Investigation "en source ouverte"

L’enquête French arms, initiée par Lighthouse reports, en coopération avec Disclose et avec le soutien d’Arte, Mediapart, Radio France et Bellingcat, dresse un panorama accablant de l'usage des armes françaises non seulement au Yémen, mais aussi dans d'autres pays où des violations des droits de l'Homme sont commises et largement documentées.

French arms est l’aboutissement du travail collectif d’une quinzaine de journalistes et analystes. Pour le mener à bien, nous avons utilisé des techniques d’investigation "en source ouverte", c’est à dire en accès libre sur internet. Images satellitaires, publications sur les réseaux sociaux et communications officielles ont été systématiquement vérifiées et recoupées par notre équipe.

 

  • Quatrième volet : 

Libye: des Rafale égyptiens impliqués dans la guerre civile

  • Troisième volet : 

Cameroun: les blindés français des tortionnaires
 

  • Deuxième volet : 

Les armes françaises de l’occupation au Sahara occidental
 

  • Premier volet : 

Blocus au Yémen: les preuves de la complicité de la France

En avril dernier, Disclose révélait dans "Made in France" l’implication de deux navires de guerre dans ce blocus en grande partie responsable de la famine qui frappe le pays. Cinq mois après cette enquête, Disclose et ses partenaires prouvent que deux autres navires livré par la France ont pris part à ce blocus meurtrier. 

            

Faire un don